Un Jour de l’An… mouvementé!

Bonjour,
Je me nomme Sally et j’ai fêté mon douzième anniversaire il n’y a pas longtemps. L’école est terminée il y a un bout de temps tout comme Noël qui vient de passer. Il ne reste maintenant que le jour le Jour de l’An avant que les classes reprennent. Je vais m’ennuyer d’être en congé même si quelques fois, je n’ai rien à faire… Mais je ne savais pas que ce temps des Fêtes allait tout bouleverser ma vie……

31 décembre: Ma famille se prépare pour la veille du Jour de l’An. Pour l’occasion, nous allons chez ma tante à Trois-Rivières.  Je suis prête depuis longtemps. Ce n’est pas comme ma mère qui est stressée comme si elle allait devant le jury! Les paroles qui sortent de sa bouche sont les mêmes depuis tantôt : je n’aurai jamais le temps de tout faire!!! J’aimerais bien lui dire de se calmer mais même si j’avais le visage vert, elle ne me remarquerait pas.

Nous partons finalement…30 minutes en avance! Pour quelqu’un qui prend 1 heure à se maquiller, ma mère a établi un nouveau record!

La voiture avance doucement sur la neige qui recouvre le stationnement de la sœur de maman. Nous sommes enfin arrivés! Devant moi s’élève l’immense maison de ma tante. Je n’ai jamais compris pourquoi celle-ci en avait acheté une aussi grande; elle vit seule! (Malgré que c’est bien pratique pour accueillir la parenté.) Oncles, cousins-cousines, tantes et grands-parents arrivent peu après nous. Je repère vite Caroline, ma cousine favorite. Nous parlons de tout et de rien pendant que les parents boivent un verre.

Une envie irrésistible me pousse à me diriger vers les toilettes. En sortant, je rencontre un monsieur que je ne connais pas et qui se sauve en courant dès qu’il me voit. Bizarre… Je vais en parler à ma tante. Je retrouve toute ma famille qui joue à de nombreux jeux comme le tic-tac-toc humain. Ma tante est trop occupée pour que je « papote » avec elle. Tout-à-coup, un cri se fait entendre : 10, 9 ,8 ,7 ,6 ,5 ,4 ,3 ,2 ,1….Bonne Année!!!!!! On se donne des becs, des câlins et des souhaits pour cette nouvelle année qui vient de débuter. Des airs de rigodon se font entendre, tout comme une drôle d’odeur de fumée …… AU FEU!  Hurle mon oncle Gilbert.

Profitant de la panique générale, je monte en haut, d’où provient la fumée. Je sais, c’est imprudent mais pas le temps de penser aux conséquences de mon geste, j’ai une idée derrière la tête……Et si c’était l’homme que j’ai vu qui avait mis le feu? Le bruit d’une fenêtre qui se fracasse me tire de ma rêverie. Quelqu’un s’échappe! Je redescends les escaliers et j’enfile mon manteau ainsi que mes bottes à la vitesse de l’éclair. L’air frais de dehors me rappelle que l’hiver est bel et bien installé.

L’homme est devant moi et court pour m’échapper. Je vois qu’il cache un objet dans ses mains… Une autre idée vient m’effleurer l’esprit : mettre mes talents de baseball à l’œuvre. Je prends de la neige, en fait un petit tapon et le tire de toutes mes forces. Paf! L’ennemi est touché à la nuque et s’écroule. Les pompiers choisissent justement ce moment pour arriver suivis des policiers et des ambulanciers.

Je m’élance vers la voiture où les gyrophares rouge et bleu sont illuminés. J’explique rapidement au policier la situation qui, par la suite, me suit vers l’endroit où le criminel est étendu. Les menottes sont vite passées et le feu éteint. Lorsque je rejoins ma famille, ma mère me serre dans ses bras. Elle ne savait pas où j’étais passée.

Nous pûmes retourner dans la maison car le feu avait pris sur du papier de toilette et la porte de la pièce où il était situé était fermée, le feu ne s’était donc pas propagé.

Après quelques explications aux policiers et aux journalistes, nous retournâmes enfin chez nous, fatigués, mais soulagés.

Le lendemain, je fis la une des journaux. Mon père me récompensa de mon acte de bravoure et ma mère me dit…… Des reproches! Elle trouvait que j’avais été très imprudente et nanani et nanana. Malgré tout, j’étais, disons, très fière! En effet, le criminel que j’avais attrapé était recherché depuis un moment pour des vols d’objets précieux, comme le collier en diamant de ma tante.

Bref, ce 31 décembre a été pour moi très important, j’ai enfin trouvé le métier que je voulais faire…policière!

                                             Ce texte a été composé par Marie.

Retour
Accueil
Création©Chezlu 2011
Tous droits réservés