Pour toi, bel enfant

Tandis qu'au creux de mon corps, sans doute, tu dors, je t'imagine et je t'espère.
J'attends cet instant sacré où enfin je pourrai voir ton visage unique,
ta petite personne lovée contre ma peau, dans la lumière de ton jour.

Mais d'ici là, tu reposes dans ton berceau de chair et je contemple, en secret, ton mystère.
Je me soumets à lui tout comme à Celui qui te façonne et je Lui adresse mes prières.

Dans l'attente de cette aube, je te sens fleurir en moi comme un printemps,
cependant que dehors il neige et que souffle le vent d'hiver.
Au-dedans de moi, il fait chaud car, voilà que dans mon petit monastère, se dessine un monde nouveau.

Belle aurore, tu déplaces tout mon être et tout autour pour faire de la place à l'amour.
Miracle infini. tout tourne à présent autour de toi: mes pensées, mon amour, mes priorités.
Sache que ma vie, je veux te la donner pour que tu t'éveilles à ta vie et que tu marches là où Dieu te conduit.

Et je te parle de Lui, de ce Dieu Père, Fils et Esprit qui un jour prit chair dans le sein de la Vierge.
C'est ce Dieu qui veille sur toi depuis ton premier instant de vie et c'est Lui qui t'accueillera à ton premier matin.
Il te façonne et te tient dans sa main, te murmure sans cesse ces paroles d'amour: En toi, j'ai mis toute ma joie.

Et lorsque viendra le moment de ta naissance, ton père et moi nous t'accompagnerons;
Ne crains pas.
Dieu sera encore là.
Il nous guidera.
Il vivra avec nous, ce qu'un jour, il a Lui-même traversé.
Lui aussi, un jour est né.
Il connaît mieux que quiconque le chemin de la vie.

Viens, petit bébé, entre dans ta vie.
Nous t'aimons.
Nous t'attendons.

                                                                                                    Julie Bertrand
 

Retour
Accueil
Texte extrait de la revue, Messager de Saint-Antoine, janv-fév 2006
©Chezlu 2010