Salut! Salut Maria, si je reviens ce soir, ce n'est pas un hasard
Dis, as-tu un moment je te jure que c'est important
Dis-moi, dis-moi Maria, te souviens-tu d'avant quand je venais te voir
Quand mes larmes d'enfant, te faisaient un miroir.

Ave, ave Maria j'ai usé mes genoux devant des cathédrales
Et abîmées mes joues à essuyer leurs larmes
Ave, ave Maria, je suis un enfant perdu, Marie je ne t'aime plus.

Pourtant, pourtant Maria, j'ai crié dans le noir, me suis cassé la voix
Quand, loin dans mon désespoir, tout seul je me tournais vers toi
Tu sais, tu sais Maria , tu sais les sauts de larmes, la peur et les mouchoirs
Qu'as-tu fait de tes armes et où est ton pouvoir.

Ave, ave Maria, je suis un enfant perdu, Marie je ne t'aime plus.

Ecoute, écoute Maria, j'ai aimé d'autres dieux, j'en ai pris plein les yeux
Mais, moi je me suis perdu dans les fruits des fondus.
Et toi, et toi Maria, dans les petit matin, tu n'as pas pris ma main
Quand j'avais peur et froid, tu n'as rien fait pour moi.

Ave, ave Maria, je suis un enfant perdu, Marie je ne t'aime plus.

Ecoute ma prière et conduis-moi vers Dieu
Dis-moi ce qu'il faut faire, dis-moi ce que tu veux
Maria, tu es sourde, Marie, écoute-moi
Ma foie est un peu lourde et tu ne m'entends pas.

Alors, alors Maria, j'ai joué à l'amour, en y trichant toujours
Mais, qu'on ne s'y trompe pas, y'a plus rien quand l'amour s'en va.
Tu vois, tu vois Maria, je ne crois plus en l'homme, je ne crois plus en dieu
Il n'y a plus personne pour me sécher les yeux

 

Retour
Accueil
©Chezlu 2014