À mon père

Je me souviens du temps passé,
Dans la grande chaise, assise sur ses genoux,
Il me fredonnait des airs si doux ,
Que doucement, je me mettais à rêver.

Parfois il se mêlait à mes jeux ,
Et me construisait des châteaux merveilleux,
À la mer, sous le soleil radieux,
Nous ne faisions que deux.

Debout près de ce portrait ancien.
Peint lorsque j’étais jeune fille,
Je revois ce regard qui brille,
Et les rides dont son front est empreint.

Ses cheveux d’une couleur foncé,
Ne font qu’une mince couronne lissée,
Tout autour de son crâne dénudé
Nous laissant voir quelques poils frisés.

Ses grandes mains larges et gercées,
Démontrent le travail dur et acharné,
Qu’il a effectué pour nourrir toute la maisonnée,
Pendant de si nombreuses années.

Aujourd’hui, moi je vis en lui,
Son amour pour moi ne peut-être flétrie.
En pensant à lui et à sa noble droiture,
Je m’en vais dans la vie, d’un pas plus sûr.

Grâce à ce support qu’il m’a toujours apporté,
Il m’a dirigé dans un chemin tout fleuri.,
J’ai la force, le courage et la santé,
Pour continuer ce qu’il a semé dans ma vie.

Je veux lui rendre hommage et lui dire merci,
Sa voix m’a guidée depuis le premier jour,
Je ne peux sombrer dans l’oubli,
Car il a été l un de mes premiers amours.

                                                                        Hajem8 avril 2008
 

Spécial de la fête des pères
Accueil
Création©Chezlu 2008-2010
Tous droits réservés