.

 

Instants de bonheur

Tandis que j’écrivais doucement ce poème
Je sentis une main frôler ma chevelure.
En me retournant je te vis, toi mon enfant et je me rappelai…….

C’était…….

Un matin de mai doux et frais,
Un beau matin de printemps,
Qui embaumait les champs,
Et enivrait tous les passants.

Un matin de mai clair et pur,
Où se mirait le bleu  de l’azur,
Et le plumage des oiseaux.
Gazouillant dans le ruisseau,

Un matin de mai gai et chantant,
Où s’accrochaient les fleurs aux branches,
Où se cachaient les brins d’herbe sous le banc,
Que la douce brise argentait.

Un matin de mai immense et beau ,
Et toi comme une gracieuse rose,
Tu es venue , simplement à ta manière,
Comme une perle éclose.

Tandis que j’écrivais tendrement ce poème ,
Je murmurai…….
Tu es mon plus beau soleil,
Tu es ma petite merveille.

                                                                      Hajem8  29-03 90- à ma grande.

 

 

.

Retour au menu
Accueil
Création ©Chezlu 2007
Tous droits réservés