.

 

 

Ma poupée Thérèse


Durant l’hiver 1942, elle est née, 
Un gentil petit mot y était attaché,
Pour ton anniversaire mon bébé,
De ta maman adorée.

Ma mère l’avait confectionnée avec du coton imprimé,
Pendant l’automne durant ses soirées,
Moi, je l’ai trouvée près de la cheminée,
Dans mon vieux bas rapiécé.

Elle avait une bouche en cœur, deux yeux bridés,
Une tête et un corps bourré,
Deux bras désarticulés,
Et deux jambes décharnées.

Sa robe et son petit tablier brodé,
Lui donnait un air de gaieté.
Ses cheveux de laine entremêlés,
Étaient parsemés de jolies couleurs dorées.

Sur l’oreiller brodé, 
Confidente de mes jeunes années.
Elle se reposait de ces longues journées.
Où je l’ai cajolée, dorloté et aimée.

Maintenant, au fond du coffre dans le grenier,
Elle repose pour l’éternité,
Je ne peux m’en débarrasser car…..
Elle a essuyé mes yeux mouillés, 
Et elle a sa place parmi toutes ces antiquités.

Quelle joie de fermer les yeux,
Et me rappeler ces instants si précieux,
Elle ne me donnait que du bonheur, 
Et occupera toujours une place au fond de mon cœur.

 

                                                            Hajem8 ( janv 2007)

 

 

 

.

Retour au menu
Accueil
Poupée originale dans le site: Ann
Création ©Chezlu 2007-2008
Tous droits réservés