Le grand safari

À l’aube de mes soixante dix ans  me voilà partie,
Pour une aventure extraordinaire, loin d’ici.

J’ai un besoin impérieux d’aller vers de lointains rivages,
Depuis longtemps, je rêve d’un safari sauvage.
Après avoir consulté les cartes et les destinations,
Celui de l’Afrique du sud  a attiré mon attention.

Dans l’avion la chaleur est suffocante
De l’eau ruisselle de mon visage,
                                     Je vaincrai ma peur malgré mon âge.                                     
Je sais que j’en sortirai gagnante.

 Cet immense territoire fourmillant d’insectes et de bêtes,
Cette fraîcheur qu’on y sent sous les herbettes,
Ce vent d’automne vibrant sous le zéphyr,
Entraîne les oiseaux comme un long soupir.

 Devant nous un lion se dresse dans toute sa splendeur,
Il  nous regarde, au roulement de murmures et de rage,
Ressentant un redoutable piège, il s’en va  songeur.
Au fond des bois chassant avec  force et rigueur.

Ces singes, acrobates de la forêt, émergent de partout,
Comme des ombres sur les branches flexibles.     
Avec aisance et grande agilité  ils viennent jusqu’à nous,
Et j’admire éblouie,  cette scène indescriptible.

 L’atmosphère est d’une telle sérénité,
Et la végétation d’une grande beauté.
Nos yeux ne se lassent pas d’observer, 
      Un grand cerf à la ramure veloutée.      

Après cinq jours d’excursions et de ballades,
Dans cet immense territoire de roucoulades,
Nous plions bagage et rentrons vers une plage,
                                   Pour nous reposer de cette longue escapade.                                   

Les jours et les nuits s’égrènent allègrement.
Dans ma tête les images déroulent lentement.
Au jardin de mon cœur déborde des chants de bonheur,
Et je dis merci au divin Créateur.

                                                                                                 Hajem8 avril 2007
 

Retour au  menu
Accueil
Création©Chezlu 2009
Tous droits réservés