Vent du nord
 

Novembre est déjà là,
Je m’arrête pour observer le ciel
Qui gribouille ses nuages.
Et j’en ressens un goût amer.
 

De mon beau jardin,
Il ne reste que quelques feuilles,
Qui se baladent dans le vent,
Tout le jour durant.
 

La rivière mugit sous le léger brouillard,
Et je la regarde tout en rêvant.
Les oiseaux sur les fils s’animent et s’interpellent,
Pour se diriger vers le sud
Plus près de la mer.
 

Il fait toujours gris
Abrité sous la pluie.
Le soleil apparaît soudain,
C’est une jolie merveille.
 

Le froid confère à tout ce décor,
Un dernier éclat sur les ombres verdoyantes,
Et je me rappelle
Qu’il faisait si beau, la veille.
 

                                                       Hajem 8  (94-06)

 

.

Retour au menu
Accueil
Création ©Chezlu 2007
Tous droits réservés