.

 

Vie sauvage  

Sur le beau lac bleuté, un ruban argenté
Scintille au soleil, lorsque je me réveille.
Les canards sauvages avec leurs pattes palmées
Se faufilent à la nage vers l’autre côté.
 

La mouette grise dans sa longue envolée,
Reste un peu surprise perchée sur la cheminée.
L’orignal mâle avec son panache foncé,
Se donne beaucoup de mal pour la traversée.
 

L’écureuil agile dans sa remontée,
Sur la tôle qui rutile, fait sa randonnée.
Le renard argenté, près de l'escalier,
Pour son déjeuner, attends sa beurrée.
 

Des arbres dénudés, des bourgeons tout gris,
Sommeillent  jusqu’à l’été, pour reprendre vie.
Dans le ciel rosé, une ligne à l’horizon
Annonce l’humidité, pour le reste de la saison.
 

Sur le sol gelé, un lièvre dans le chemin,
Saute de l’autre côté, pour  fuir le gamin.
Dans la forêt aux milles coloris,
Fais un arrêt et tu seras surpris.
 

                                                                                 Hajem 8  (96-06)

 

 

.

Retour au menu
Accueil
Création ©Chezlu 2006
Tous droits réservés